Je pratique une psychothérapie analytique relationnelle qui place la relation entre patient et thérapeute au coeur du processus thérapeutique. Je m’appuie sur une conception holistique de la personne dans laquelle corps physique et émotionnel, âme et esprit sont intrinsèquement unis et indissociables.

Le « soi » est considéré comme fondamentalement « en relation », et le développement du soi en relation avec les autres est compris comme un processus intersubjectif en évolution constante et qui dure la vie entière. Le travail thérapeutique prend en compte aussi bien les dimensions intra-psychiques qu’interpersonnelles; il s’inscrit dans l’espace intersubjectif créé par le patient et par le thérapeute, et dans lequel croissance et transformation peuvent prendre place. 

S’appuyant sur une notion paradoxale du changement, le processus thérapeutique est perçu comme un processus de transformation et d’alignement progressif de la personne avec son essence individuelle unique.

 

Mon modèle d’intégration psychothérapeutique s’enracine dans les conceptions freudiennes du développement psycho-sexuel de la personne et est influencé par les travaux de John Bowlby sur l’attachement et par l’école de psychanalyse relationnelle anglo-saxonne (Stephen Mitchell).

Je m'appuie également sur les récentes découvertes en neuro-sciences appliquées à la psychothérapie et notamment sur la théorie de la régulation des affects de Alan Schore et son basculement de paradigme d'une psychologie relationnelle à un cerveau relationnel, travaux qui influencent de manière radicalement nouvelle toutes les théories de l'attachement. Ma pratique thérapeutique s'inspire également des travaux de Jaak Panksepp et des neuro-sciences affectives, de Vittorio Gallese et sa découverte des neurones-miroirs, de Steven Porges et sa théorie polyvaguale et des récents développements de Dan Siegel et sa neurobiologie interpersonnelle.

J'accueille dans mon cabinet principalement des personnes présentant des problématiques d'estime de soi, d'anxiété, dépression, troubles de la personnalité, troubles de l'attachement, trauma et stress post-traumatique (PTSD), troubles addictifs, quête de sens, épuisement, difficultés relationnelles ou alors avec une demande plus globale de transformation sur du long terme dans un processus analytique.

 

Par une écoute attentive, bienveillante et respectueuse, la personne peut se sentir entendue, perçue pour qui elle est, accueillie dans ses différents aspects et dans son vécu unique.

Peu à peu, la parole s’élabore, devient plus authentique ; elle révèle à la fois le vécu intra-psychique et permet l’ouverture à la relation thérapeutique.

Alors, par la dynamique du transfert et sa lente traversée, commence un chemin par lequel, à travers essais et erreurs, tâtonnements et ouvertures, espoirs, désillusions et joies, la personne peut petit à petit s’ouvrir à une relation fondamentalement autre.

C’est cette relation autre qui va lui permettre d’entrer dans une histoire autre. Une transformation fondamentale prend alors place, enracinée dans le corps, qui touche la personne dans ses différents aspects et se révèle dans son vécu quotidien.

 

Adultes et adolescents – Français/English

Séances individuelles et de couple - Supervision

C'est la présence humaine entière qui fait la différence en psychothérapie.

Jaak Panksepp

La traumatisme est une disruption chronique de la connexion.

Stephen Porges

La structure et la fonction du cerveau en développement sont déterminés par comment les expériences, particulièrement au sein des relations interpersonnelles, donnent forme à la maturation génétiquement programmée du système nerveux. .

Dr. Dan Siegel​​